Agrifaune
 Vous êtes ici : Accueil > Agrifaune > Portraits Agrifaune > Laurent Gasnier - Agriculteur

Laurent Gasnier - Agriculteur

Flux RSSImprimer la page

J’ai vu la biodiversité revenir sur mon exploitation

L’exploitation agricole de Laurent Gasnier se situe en Beauce, en système grandes cultures avec un assolement plutôt classique de la région : maïs, orge de printemps, blé dur et un peu de blé tendre. Toute la surface de l’exploitation est irriguée.

Engagement dans le programme

Je me suis engagé dès la naissance du programme Agrifaune dans le Loiret en 2010.

Auparavant, il avait notamment la plantation de haies et la mise en place de jachères (sous le stationnement des pivots). Cela m’a permis de fractionner mon parcellaire et puis l’objectif à l’origine était surtout cynégétique. Avec le gibier, j’ai aussi vu revenir les passereaux, les pollinisateurs et cela m’a conforté dans mon action.


« Il y a deux choses qui me plaisent dans ce programme : d’abord c’est la synergie entre les partenaires du projet, que ce soit pour des enjeux agronomiques ou cynégétiques, on construit ensemble en faveur de la biodiversité. Et puis, les actions me permettent d’être sur le terrain directement et de développer des actions concrètes ».
 

Partenaires des actions

Dans le cadre d’Agrifaune, l’exploitation travaille avec les partenaires techniques du programme dans le Loiret : l’association Hommes et Territoires dont je suis le président, l’Office Français de la Biodiversité, la Chambre Départementale d’Agriculture du Loiret, la Fédération Départementale des Chasseurs du Loiret et la Fédération Départementale des Syndicats d’Exploitants Agricoles du Loiret.
 

Actions mises en place 
Bords de champs
Aménagements innovants

Mon exploitation porte l’expérimentation Agrifaune sur les bords de champs dans le Loiret depuis ses débuts. 
Cela a d’abord consisté à expérimenter l’impact du décalage des périodes de broyage. Dernièrement, il a s’agit de tester les différents mélanges de fleurs sauvages pour semer des bordures de champs adventices ou peu fonctionnelles. 

La plus-value, au-delà de porter et développer des actions et des expérimentations sur son exploitation, c’est que je me saisis des résultats de ses expérimentations pour les déployer sur l’ensemble de mon parcellaire : en dehors de la bordure expérimentale, j’ai semé d’autres bordures de champs plutôt dégradées chez moi. 
 

Place des actions dans l’environnement de l’exploitation

J’ai vu la biodiversité revenir sur mon exploitation avec quelques aménagements et changements de pratiques sur mes bordures de champs, la nature a repris ses droits et cela ne m’a pas couté beaucoup d’effort. Mais mon exploitation fait office d’oasis dans la plaine et j’aimerais que ça se développe de manière plus importante autour de moi. Ce type d’actions doit faire l’objet d’appuis et de valorisation ; que ça soit via des aides financières ou de la diffusion auprès des collectivités et des communes propriétaires des chemins ruraux.

Poursuite et développement de l’engagement

Les bordures semées sur mon exploitation vont encore faire l’objet de suivis, je m’engage donc à les maintenir sur mon exploitation. Pour la suite, j’attends le résultat d’un diagnostic biodiversité mené sur mon exploitation cette année pour savoir quels aménagements ou actions je peux mettre en place et où. 

Pour les bordures de champs, l’ensemble de mes chemins privés sont diagnostiqués et semés pour ceux pour lesquels c’était nécessaire. Il ne reste que les bords de chemins partagés avec la commune, il faudrait que j’échange avec mon maire à ce sujet pour pouvoir mettre en place de nouveaux semis si besoin. 
 

Partage des connaissances

Mon exploitation a accueilli une journée technique nationale de communication sur la thématique du semis de fleurs sauvages pour la revalorisation des bordures de champs dégradées afin de valoriser les actions d’expérimentation avec le collectif des partenaires techniques Agrifaune et des agriculteurs expérimentateurs dans le but de susciter le déploiement de cette pratique.
Je discute aussi autour de moi, avec mes voisins, et ils commencent tout doucement à se laisser convaincre.

Téléchargez l'intégralité du portrait au format pdf ici

Pour aller plus loin vous pouvez visionner ici la vidéo - Bordures extérieures de champs - Semer pour valoriser les espaces non fonctionnels (octobre 2019 – 3min53)