Agrifaune
 Vous êtes ici : Accueil > Agrifaune > Portraits Agrifaune > Groupement Pastoral du Pleynet

Groupement Pastoral du Pleynet

Flux RSSImprimer la page

Prise en compte de la biodiversité et plus particulièrement du tétras-lyre dans le programme d’amélioration pastorale engagé par les éleveurs

Dans la région Auvergne – Rhône-Alpes, et plus précisément dans le département de l’Isère se trouve la commune de la Ferrière d’Allevard. Elle est au cœur du massif de Belledonne, dans la Vallée du Haut-Breda. Cette commune accueille 223 habitants à l’année sur une superficie de 7608 hectares. D’autre part, faisant partie du domaine skiable des 7 Laux, elle peut accueillir entre 800 et 900 personnes.
 
Son altitude moyenne est de 1000 mètres mais elle est dominée par de nombreux sommets qui culminent à presque 3000 mètres.
La vallée du Haut-Breda est dominée par des alpages exploités par des bovins d’origine locale et/ou des ovins transhumants. 
Sur l’alpage des Fanges-Violettes, un groupement pastoral a été créé en 1976. Il est présidé par Monsieur Didier Giroud depuis 2016. Aujourd’hui, ce groupement rassemble 11 éleveurs sur 1400 hectares qui appartiennent pour moitié à la commune et pour l’autre moitié à des propriétaires privés. Ce sont des éleveurs locaux qui montent leurs animaux seulement pour l’estive. Un berger est employé afin d’assurer la surveillance et la gestion des 280 bovins qui pâturent chaque année sur l’alpage.
 
Sur cette commune, une Association Communale de Chasse Agréée assure le suivi de la faune et participe à de nombreux travaux (réouverture de landes….) permettant de maintenir la faune sauvage.

Depuis quand êtes-vous engagé dans le programme Agrifaune ?
 
Dès le lancement du programme, en 2009, un diagnostic pastoral et un diagnostic des habitats de reproduction du tétras-lyre ont été effectués. Cet état des lieux a permis de lancer les premières actions de conservation dès 2010.
 
Aviez-vous initié une démarche agro-écologique avant votre implication dans AGRIFAUNE ?

Non, c’est le programme Agrifaune qui nous a initié vers une démarche agro-écologique permettant de concilier le pastoralisme et la préservation des populations du tétras-lyre.

Pourquoi avez-vous trouvé AGRIFAUNE intéressant ?

Avant de s’engager dans le programme Agrifaune, il existait des tensions entre les éleveurs et les chasseurs. De plus, l’alpage était sujet à une forte fermeture de milieu car la conduite pastorale n’était pas adaptée. En effet, les animaux pâturaient sur l’ensemble de l’alpage. Ainsi le bétail choisissait les secteurs qui lui sont le plus appétant et délaissait de vastes espaces.
Agrifaune a donc permis de limiter les conflits, de mieux se respecter (activité de chasse et pastorale), de mieux se connaitre afin de co-construire des projets avec l’ensemble des acteurs du territoire et de créer de l’entente entre toutes les parties. Il a entraîné une évolution des mentalités ainsi qu’une mise en commun des actions et une amélioration de la conduite pastorale.
 
Le  programme  Agrifaune  a  fait  naître l’intérêt  entre  chasseurs  et  alpagistes pouvant être complémentaire  dans  leurs  actions,  leur  savoir-faire,  leurs  idées,  au  bénéfice de la biodiversité. 

Les partenaires dans le cadre d’Agrifaune
 
La commune de la Ferrière, la Fédération des alpages de l’Isère, la Fédération Départementale des Chasseurs de l’Isère, l’Association Communale de Chasse Agrée de la Ferrière.
Ce programme a conduit à une vraie prise en compte de la biodiversité et plus particulièrement du tétras-lyre dans le programme d’amélioration pastorale engagé par les éleveurs

Actions mises en place 

Lors des premiers travaux les échanges entre les acteurs étaient parfois tendus. La mise en place du programme Agrifaune a permis que les actions aient lieux en concertation. Aujourd’hui, une synergie est née entre les éleveurs, la commune, la FDCI et l’ACCA. Ce qui permet et motive chaque acteur à s’investir à son échelle et en fonction de ses moyens.
 
Une conduite pastorale a été mise en place avec un système de parc pour limiter la dynamique ligneuse et optimiser la ressource fourragère. De plus, des travaux de réouverture, du brûlage dirigé et du débroussaillage ont été réalisés, plus de 40 hectares ont été rouverts depuis 2006. Depuis 2016, des pierres à sel sont installées afin d’attirer les vaches dans des secteurs qui sont sujet à la fermeture de milieux.
 
La plus-value de ces actions est une augmentation de la population de tétras-lyre localement et de la ressource fourragère, une organisation de travail bénéfique d’un point de vue pastoral et cynégétique, de prendre du recul sur sa façon de travailler afin d’évoluer et de s’améliorer.
Ainsi, que le respect mutuel entre le berger, les éleveurs, et l’ACCA.

Les actions et leur environnement
 
Elles insèrent dans la logique d’alpage qui permet à la fois de prendre en compte l’intérêt biodiversité et la mise en valeur de l’espace pastoral, par une gestion rationnelle des ressources en herbe disponibles. 
Sur cet alpage, la contractualisation de mesures agro-environnementales a permis de limiter la perte d’aide liée à la Politique Agricole Commune tout en continuant les engagements déjà en place. 
Par le programme Agrifaune, la logique et le suivi sont inscrits sur papier, ce qui permet d’avoir une trace et de partager l’organisation avec différents acteurs.
 
D’un point de vue environnemental, une nette augmentation de tétras-lyre a été perçue par les chasseurs locaux. Une quarantaine de coqs ont été comptés récemment. Ceci s’explique par l’amélioration de leur habitat par les travaux de réouverture, ce qui rend le secteur plus attrayant.
 
Reproductibilité des solutions mises en œuvre 
 
Au sein du groupement pastoral, la valorisation passe par une meilleure gestion des ressources fourragères, avec pour objectif de modifier la nature de la ressource en fonction de la pression de pâturage organisée.
De plus, il s’inscrit dans un réseau d’alpages de référence à l’échelle nationale. Son mode de gestion peut être transposé dans des milieux similaires.
De plus, une valorisation plus « médiatique » des actions passe par le programme Agrifaune Belledonne, les fédérations des alpages et des chasseurs ont réalisé conjointement une vidéo, une brochure, une visite avec l’ensemble des acteurs de Belledonne, etc.

Pérennisation et développement de l’engagement 

Les objectifs sont de continuer la réouverture de milieux et de maintenir ce qui a été réalisé. De fait, la gestion par parcs tournants avec gardiennage du troupeau sera maintenue, ainsi qu’une meilleure utilisation des ressources naturelles disponibles selon la pression de pâturage voulue.
Donc, même si une nouvelle MAE n’est pas signée, les actions devraient être pérennisées. Toutefois des équipements, notamment pour la ressource en eau devront peut-être être réalisés afin d’optimiser le pâturage dans certains secteurs où il faut agir fortement sur la dynamique ligneuse en cours.
 

Pour aller plus loin : une valorisation plus « médiatique » des actions passe par le programme Agrifaune Belledonne, les Fédérations des alpages et des chasseurs de l’Isère ont réalisé conjointement une vidéo, une brochure, une visite avec l’ensemble des acteurs de Belledonne, etc.
Accédez à la brochure ici
Accédez à la vidéo ici

Téléchargez le portrait au format pdf ici