Agrifaune, retour à la page d'accueil
 Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Agrifaune des Vallées de l’Autize et de l’Egray (79)

Agrifaune des Vallées de l’Autize et de l’Egray (79)

Flux RSSImprimer la page

4 ans d'actions Agrifaune sur le terrain

Le programme Agrifaune des Vallées de l’Autize et de l’Egray s’est concentré dans le sud des Deux-Sèvres de 2017 à 2020 avec la poursuite de trois objectifs
- Améliorer la qualité d’accueil du territoire pour le faisan et la caille des blés.
- Mesurer l’impact de la prédation des corvidés sur le maïs et le tournesol
- Mener des actions de vulgarisation et de communication

Un focus a été réalisé sur les suivis entomologiques et les suivis sur les barres d’effarouchement.

Jachères mellifères et bandes enherbées 
Des diagnostics IBIS (Intégrer la Biodiversité dans les systèmes d’exploitations agricoles) ont été réalisés sur une dizaine d’exploitation en 2017-2018, différentes propositions d’aménagement ont été préconisées et mises en œuvre (implantation de bandes enherbées, jachères faune sauvage et mellifères, mises en places de CIPAN, maintien de chaumes…) entre 2017 et 2019. 
Les propositions d’aménagement se sont poursuivies tous les ans pour améliorer les potentialités d’accueil du territoire pour la faune sauvage. 
Des suivis sur les auxiliaires des cultures et pollinisateurs ont été réalisés dans les bandes enherbées et les jachères mellifères implantées par les exploitants agricoles afin de (re)démontrer l’intérêt de ces aménagements en faveur de la biodiversité. 

Des suivis ont été réalisés au printemps et durant l’été 2019 et 2020 sur 8 jachères mellifères et 9 bandes enherbées. 
Les jachères mellifères sont composées d’un mélange mellifère (bourrache, phacélie, mélilot, sarrasin, luzerne, achillée millefeuille, …). Les bandes enherbées sont composées d’un mélange ray-grass-fétuque ou luzerne-dactyle ou de ray-grass pur. 
A l’aide d’un filet fauchoir l’objectif est de capturer et déterminer les arthropodes (insectes et arachnides) présents dans les aménagements.
Dans les bandes enherbées, 1 448 arthropodes ont été observés dont 34% d’auxiliaires des cultures et pollinisateurs : araignées, syrphes, hyménoptères, cantharides, carabes, coccinelles et chrysopes. 
Dans les jachères mellifères, 729 arthropodes ont été observés dont 45% d’auxiliaires des cultures et pollinisateurs : araignées, syrphes, hyménoptères, cantharides, coccinelles et chrysopes. 

Barre d’effarouchement
Au printemps 2019 et 2020, pour mieux appréhender l’efficacité des barres d’effarouchement, des suivis ont été réalisés sur des parcelles fauchées, avec et sans utilisation d’une barre d’effarouchement, en s’appuyant sur un protocole de l’ONCFS (Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage). 
Ce protocole permet d’estimer le taux de mortalité par hectare induit lors des fauches avec ou sans barre en comptant (1) le nombre d’individus quittant les parcelles lors des fauches et (2) les animaux morts après la fauche.

Le suivi des fauches s’est effectué sur 18 parcelles ; 14 ont été fauchées avec la barre sur 42ha et 4 ont été fauchées sans la barre sur 11ha. 
Avec la barre, 46 individus ont été effarouchés (lièvres, faisans, perdrix, faucon crécerelle, cane et nid de cane, chevreuils) et 13 ont été tués (faisans, chevreuils, hérisson). Trois nids de faisans ont également été détruits.
Sans la barre, 3 faisans ont fui les parcelles et 6 individus ont été tués (caille des blés, pigeon ramier, colvert, perdrix rouge, couleuvre). Un nid de colvert a également été détruit.
Le taux de mortalité / ha avec utilisation d’une barre d’effarouchement est de 1% ; ce taux atteint 6% sans la barre. 

Afin de promouvoir l’utilisation des barres d’effarouchement auprès des exploitants agricoles, la Fédération des Chasseurs a réalisé un film présentant et démontrant l’intérêt de l’outil pour la préservation de la faune sauvage. Cette vidéo comporte des témoignages de la profession agricole.Vidéo consultable ici 

Exploitants agricoles, membre du GIASC, Fédération des chasseurs et Chambre d’agriculture réunis autour des aménagements agroécologiques

Une demi-journée de communication s’est déroulée en novembre 2019 à destination des agriculteurs impliqués dans le programme Agrifaune et des membres du GIASC (Groupement d’Intérêt Agro Sylvo Cynégétique). L’objectif était de présenter les suivis sur les auxiliaires des cultures et les pollinisateurs ainsi que les suivis sur les barres d’effarouchement. La présentation s’est couplée à un tour de plaine des aménagements réalisés par les agriculteurs. Philippe Blondeau, chargé de mission Ecophyto et biodiversité à la Chambre régionale d’agriculture Nouvelle-Aquitaine, était présent pour apporter son expertise sur la thématique.


Maëva Nauleau
Chambre d’agriculture des Deux-Sèvres
Laurent Bonnet
Fédération Départementale des Chasseurs des Deux-Sèvres